Dès le 10 septembre 1914, ayant vaincu les Allemands lors de la bataille de la Marne, les Armées françaises reprennent l’offensive.

A l’instar des autres unités, et malgré des lourdes pertes, le 93ème RI repart lui aussi vers l’avant.

Dès le début, l’unité libère de nombreux blessés français à Lenharrée, capturant nombre d’Allemands et une forte quantité d’armes et munitions ennemies.

C’est le début de la « course à la mer ». La marche en avant se poursuit par Châlons, Récy, Vadenay  puis la ferme St Hilaire et bivouaque dans le camp de Châlons. Le 15, elle traverse le camp sous le feu de l’artillerie adverse. Pour atteindre Mourmelon la 18 au matin.

De Mourmelon, le Régiment rejoint Cormontreuil (près de Reims) en automobiles. Il y est rejoint par un renfort bienfaiteur de près de 1000 hommes venus du dépôt.

Mais c'est aussi dans cette zone que les pertes de cette "course à la mer" seront le plus importantes.  L'unité  traversera Challerange, là où elle a débarqué un peu  plus d'un mois plus tôt.

Les positions sont tenues 3 jours avant la relève. Puis de nouveau, par étapes,  il faut monter plus au Nord pour être embarqué en train dans la forêt de Compiègne.

Pour finalement atteindre Albert le 28. Région de la Somme où l’unité restera pendant des mois.

Durant cette période, les pertes relevées par l’unité restent faibles : quelques soldats tués et une centaine de blessés seulement (pourrait-on dire).

 

93_pertes_1914_09__Mourmelon