293 Le Duc L-A photo                                                         Leduc Léon tué le 27/01(photo se trouvant chez une famille Belge)

Le régiment est en ligne au début de 1916. Dans ce coin du champ de bataille, près de Tahure au pied du Mont  Muret,       

le 293ème est constamment sous les coups de l'artillerie allemande.    

Deux parties du dispositif sont nommées « Champignon et Pomme de terre » en raison de la forme des lieux. Les noms de ces deux avancées reviennent souvent dans le JMO : attaque à la grenade sur le Champignon, attaque allemande à la grenade devant Champignon…

La tension est de mise durant toute la période.

Parfois, l’action allemande ne donne qu’une simple frayeur comme le 20 janvier où  « deux hommes, ensevelis par un obus sous leur abri près de Champignon, ont été retirés sans une égratignure. » (source JMO)

Les pertes sont assez faibles jusqu’à la mi-février où là, un assaut allemand (par la 185ème Brigade) important assène un coup de massue sur le 293ème.

                                                                                                                 

En fin de journée du 13 février, une importante attaque allemande se déclenche, précédée d’une préparation d’artillerie destructive. Le 6ème bataillon (bataillon D) subit l’assaut de plein fouet. Les tranchées s’effondrent, les liaisons téléphoniques sont coupées.

Le bombardement allemand porte jusqu’à proximité du Voussoir, PC de Régiment.

carte_JMO_293_me_champignon_et_pomme_de_terre_1carte du JMO du 293ème (SHD)

Les infos sont confuses mais la certitude est que l’ennemi a pris possession du Champignon et de la Pomme de terre.

En début de soirée, le front débordé est réorganisé et la résistance commence. Les contre-attaques ont lieu dès 23h30. Les combats dureront deux jours.

 

 

 

A l’issue, le JMO du 293ème Régiment, en date du 15 février, donne les pertes suivantes pour le 6ème Bataillon :

             

                 Disparus : officiers : 5    -    troupes :   276 environ    

                    Blessés :   officiers : 3    -    troupes :     68    

                   Tués :       officiers : 0    -    troupes :     15       

                   Effectif combattant restant : 100 hommes 

Le communiqué du GQG allemand du 14 février avance le chiffre de 4 officiers et 202 hommes capturés lors de l’attaque au sud de Ste Marie à Py.

Un rapport français adressé au Quartier Général de la IVème Armée, en date du 16 février 1916, donne un état provisoire en pertes globales de 8 officiers et 675 hommes pour le 293ème.

Xavier, mon aïeul y est capturé ce jour avec nombre de ses compagnons de combat. On retrouve son nom avec ceux de 230 autres soldats du 293ème dans les listes de la Gazette des Ardennes des 15-17 et 19 mars 1916 internés sur le camp de Wahn (certainement tous capturés autour du 13 mars).

Sur ma liste, je compte 55 soldats tués le 13 février et 5 le 14 pour toute l’unité. Les autres bataillons ont subi eux aussi des pertes.

Le 20 février, le Régiment est passé en revue par le Président de la République en personne, le 6ème bataillon étant réduit à 80 personnes.

L’affaire s’est produite une semaine avant le début de la bataille de Verdun.

Bataille qui, nécessitant un maximum de troupes, fait que le régiment remonte en ligne cote 193 bien que non complété.

Fin avril, la Division part au repos pour un mois et, fin mai, comme nombre d’unités, le 293ème passe à son tour par la Voie Sacrée et monte en ligne à Verdun près de la ferme Thiaumont.                                                              

026A Thiaumont, le PC 118. Sous celui-ci se trouve toujours le corps du caporal Merlant enseveli le 1er juin 1916. (stèle de gauche)

Les combats sont très éprouvants pour l’unité.

Après 2 semaines de combats, le régiment est relevé et fusionne avec le 337ème RI pour se reformer à 3 bataillons.

Retour au repos jusqu’au début juillet quand le 293ème monte à Froideterre avant de retourner à l’attaquer sur l’ouvrage de Thiaumont.

La fin de séjour du régiment sera plus calme.

Fin août, celui-ci quitte Verdun pour la région de Reims.

 

Tout le secteur est calme et la 151ème Division en profite pour panser ses plaies et se réorganiser  longuement.

Le Régiment prend position dans les sous-secteurs de Béthény et du Linguet où il passe le changement d’année.

 

293_pertes_1916