Janvier 1915 : le régiment est toujours dans l'Artois dans le secteur Beaumont-Hamel-Auchonvillers.

La météo et l'artillerie ennemie gêne les travailleurs: les tranchées s'écroule sous la gelée et la puie autant que sous les obus.

Le 13 janvier, sa 21ème Compagnie fait prisonnier un alsacien du 99ème Régiment de réserve.

Alors que l'on ne recense que quelques blessés et 1 tué durant cette période, mais surtout, plusieurs soldats félicités par le colonel, un des hommes du régiment déserte et disparait près de Beaumont.

Début févier, le Régiment est relevé et part au repos à Dernancourt.

Il passe sous les ordres de la 44ème Brigade et alternera avec le 337ème RI (autre unité vendéenne) dans le secteur de Fricourt. Quelques fusillades et bombardement occasionne de légères pertes en février.

Début mars, le général commandant la 22ème division distribue des décorations lors d'une revue et félicite le colonel pour la bonne tenue du Régiment.

Durant le mois de mars qui se poursuit avec quelques blessés et peu de décès, un acte de "courage" est à signaler.

"Le 22 mars, apprenant la prise de Pizemysl par les Russes, 2 soldats de la 23ème Compagnie se portent à l'entrée de la tranchée allemande afin de leur apprendre la nouvelle à l'ennemi en y laissant une lettre écrite en allemand."

A la fin du mois, une cérémonie voit encore des soldats félicités et l'un d'eux, le sergent Mandin, reçoit la croix de St Georges en argent de 4ème classe.

En avril, le Régiment entre en action plus vivement. De nombreuses patrouilles sont exécutées sur tout le front de l’unité. Les pertes augmentent au cours de ce mois qui voit une intense activité de part et d’autres.                                                                                                                                                          Le 293ème se déplace et part occuper le secteur de Carnoy où, comme partout sur le front, les entonnoirs des mines se créent sous les tranchées ennemies.

Au repos début mai, le Régiment défile devant le Général de Castelnau, commandant la 2ème Armée.

Le secteur est toujours actif de mines en mai. Et les divers bombardements et canonnades allemandes augmentent les pertes.

Les soldats du Régiment tués dernièrement sont tous inhumés à Carnoy.

En juin, le 293ème RI participe de loin à l’offensive sur la ferme de Toutvent.

La période du 7 au 13 juin est particulièrement éprouvante pour l’unité avec 19 tués et de nombreux blessés.293 De Gouvello Arthur, chef de bataillon

Mais le mois lui-même est un des plus mois les plus durs du 1er semestre.

Le 1er juillet, le lieutenant-colonel de Gouvello reçoit la croix de guerre avec palme.

Lieutenant-colonel, citation à l’ordre de l’Armée, croix de guerre avec palme de bronze le 01/07/1915. Chef de corps de premier ordre et d'une haute valeur morale. Par son action personnelle, a fait de son régiment un corps très solide. A rendu de très bons services depuis le début de la guerre. Pendant les combats du 7 au 15 juin, a fait preuve d'une énergie et d'une activité remarquables et a donné aux troupes d'attaque le concours le plus précieux.

 Plusieurs autres officiers seront décorés.

Le mois, plus calme, se termine avec la relève du Régiment par les Anglais qui prend fin début août.

Après le retrait en quelques jours de repos, le 293ème rejoint la région de Ste Ménéhould.

Fin septembre, en position dans le bois de Ville, l’unité participe aux combats de la grande offensive de Champagne (25-26/09) mais, bien qu’elle atteint son objectif, elle perd de nombreux officiers dont son chef.

En octobre, le 293 se recomplète puis se déplace vers les Mamelles où il relève le 93ème RI.

Mon arrière grand-père, suite à sa blessure à Toutvent avec le 93, fait parti des renforts arrivés le 6 octobre.

La guerre des tranchées reprend pour le Régiment.

Et la fin de l’année arrive avec une unité en position  dans le secteur de la cote 193-mont Muret.

 

 

293_pertes_1915